L’effet d’Antidote sur la qualité de la langue écrite d’étudiant·es présentant une dyslexie-dysorthographie ou un trouble du langage en anglais langue seconde au collégial



Advanced Search

Show simple item record

dc.contributor.author Beaudry, Isabelle
dc.contributor.author Tremblay, Francis
dc.contributor.author Bouchard, David-Étienne
dc.date.accessioned 2024-04-05T13:00:26Z
dc.date.available 2024-04-05T13:00:26Z
dc.date.issued 2024
dc.identifier.isbn 978-2-924271-10-0 (PDF) fr
dc.identifier.uri https://eduq.info/xmlui/handle/11515/39428
dc.description La présente recherche a été subventionnée par le ministère de l’Enseignement supérieur dans le cadre du Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PAREA). fr
dc.description PAREA – projet 11170 fr
dc.description Comprend des références bibliographiques et webographiques fr
dc.description.abstract "L’accès au correcticiel Antidote comme mesure d’adaptation en anglais langue seconde au collégial demeure limité. Certains établissements le permettent; d’autres, non. Pourtant, il est généralement admis au secondaire et en Français et littérature au collégial. La recherche sur Antidote s’étant concentrée en français, son effet en anglais langue seconde demeurait méconnu. fr
dc.description.abstract L’objectif premier de cette étude était de vérifier si l’utilisation d’Antidote a un effet positif en anglais langue seconde variant selon la présence ou l’absence d’un trouble spécifique des apprentissages, d’un trouble développemental du langage ou de difficultés non diagnostiquées, identifiées à l’aide du Questionnaire de dépistage de la dyslexie au collégial (Mimouni, 2012). Le deuxième objectif était d’examiner si le niveau du cours suivi, et donc de maîtrise de la langue, modifie l’effet de l’utilisation d’Antidote. fr
dc.description.abstract La collecte a eu lieu au Cégep de Lanaudière et au Collège Montmorency de l’automne 2020 à l’automne 2021. Une partie de la collecte a été effectuée à distance en raison de la Covid-19. Les participant·es ont rédigé un texte narratif et un d’opinion d’abord sans outils. Ils ont ensuite révisé leur texte avec Antidote. Nous avons comparé les ratios d’erreurs avant et après Antidote. (...) fr
dc.description.abstract La discussion des résultats laisse entrevoir que l’approche d’un accès différencié réservé aux étudiant·es pour lesquels la situation de handicap est documentée n’est peut-être pas toujours la solution à préconiser. Dans certains contextes, l’accès universel à un correcticiel semble prometteur comme voie alternative, non seulement en réponse aux besoins non comblés d’étudiant·es présentant des difficultés non diagnostiquées ou non répertoriées, mais en soutien à la révision de tous. La réflexion entamée convie les acteurs à repenser l’accessibilité aux aides à la révision de type correcticiel à l’enseignement supérieur selon les contextes." -- Résumé des auteurs fr
dc.format.extent 1 fichier PDF fr
dc.format.medium Ressource électronique fr
dc.language.iso fre fr
dc.publisher Cégep de Lanaudière à Joliette fr
dc.publisher Collège Montmorency fr
dc.subject PAREA (Programme d'aide à la recherche sur l'enseignement et l'apprentissage) fr
dc.subject Enseignement collégial fr
dc.subject Anglais (Langue seconde) fr
dc.subject Langue écrite fr
dc.subject Trouble du langage fr
dc.subject Trouble d'apprentissage fr
dc.title L’effet d’Antidote sur la qualité de la langue écrite d’étudiant·es présentant une dyslexie-dysorthographie ou un trouble du langage en anglais langue seconde au collégial fr
dc.type Rapport de recherche fr


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record